Guide du thé

Le guide du thé

Le thé, c'est quoi ?​

Le thé provient d’une seule et même plante : la Camellia Sinensis.

Le thé d'origine, c'est quoi ?

On appelle thé d’origine le thé non parfumé artificiellement : il est 100% naturel, sans ajout, et permet de saisir toute la richesse gustative du thé !

Quel goût ça a, le thé d'origine ?

En fonction du type de thé et de l’origine, le thé nature a une palette gustative très développée. On trouve des goûts fruités, boisés, épicés, de légumes, de terre, des goûts iodés, des goûts gourmands qui rappellent le chocolat, le miel, l’amande, les biscuits…

D’où proviennent les différents types de thé ?

Thé vert, thé blanc, thé oolong, thé noir, thé pu’erh… Les types de thés sont variés et dépendent presque tous d’un seul facteur : l’oxydation.

Qu’est-ce que l’oxydation ?

Ce phénomène désigne l’action de l’oxygène sur la matière. C’est comme lorsque vous laissez une pomme entamée à l’air libre : elle va devenir marron. C’est ça, l’oxydation ! Le thé vert est le moins oxydé, le thé blanc l’est un peu plus, le thé noir est complètement oxydé. Le thé oolong, lui, est à mi-chemin entre le thé vert et le thé noir !

Et pour le thé pu’erh, alors ?

Le thé pu’erh est à part : c’est un thé qui se caractérise par une fermentation plus ou moins forte. Le processus est complexe mais on peut distinguer deux grandes classes de thé pu’erh. Le thé pu’erh ‘cru’, ou Sheng Cha, est obtenu en faisant légèrement vieillir des galettes de thé compressé. Le thé en ressort légèrement fermenté au bout de quelques années. On désigne l’autre classe sous le nom de pu’erh ‘cuit’, ou Shu Cha. Les feuilles sont mises sous une bâche et, soumises à une forte humidité, elles fermentent pendant quelques mois. Cette classe de thé a l’avantage d’être consommable immédiatement et de répondre ainsi à la demande en forte croissante en thé pu’erh !

Mon thé a un goût souvent trop amer, que faire ?

Un thé amer est souvent un thé trop infusé à une température trop élevée.

Comment réussir ma tasse de thé ?

Il y a trois choses importantes à prendre en compte lors d’une infusion : le temps d’infusion, la température de l’eau et la quantité de thé à infuser. Il faut compter entre 2 et 4 grammes de thé pour une tasse. La température de l’eau est fondamentale. En effet certaines molécules (gustatives, anti-oxydantes, théanine, théine…) ne se libèrent qu’à partir d’une certaine température… Et si l’eau est trop chaude, ces molécules sont détruites ! Globalement le thé vert s’infuse entre 50 et 60 degrés, le thé blanc autour de 80 degré tout comme le thé oolong, et les thés noir et pu’erh s’infusent aux alentours de 90 degrés. Veillez à ne jamais faire bouillir l’eau, cela détruit les molécules gustatives. Enfin, il faut respecter le temps d’infusion conseillé par le vendeur. De manière générale le thé vert est celui qui s’infuse le moins (1 à 2 minutes) et le thé oolong celui qui se baignera le plus longtemps dans votre tasse (entre 4 et 5 minutes) !

Peut-on réinfuser du thé ?

Oui et non. Un thé en sachet, de mauvaise qualité ou parfumé ne peut pas s’infuser plusieurs fois : le goût se diffuse dans la première infusion seulement et il perdra en force dans les suivantes. Un thé d’origine, en revanche, devrait être bu sur plusieurs infusions ! c’est même la meilleure manière pour tirer toute la richesse qu’il a à nous proposer. Le goût ne faiblira pas au bout de la deuxième infusion, au contraire. Il continuera de développer ses différentes couches aromatiques sur plusieurs infusions. A titre d’exemple un excellent thé pu’erh s’infusera plus de cinquante fois s’il est fait dans une petite quantité d’eau (environ 15 cl, soit une tasse à café) !
On vous recommande l’expérience : vous sentirez son goût évoluer au fur et à mesure des infusions.

Et moi dans tout ça ?

Nous vous avons fait un guide pour que vous sachiez vers quoi vous orienter, en fonction d’où vous en êtes dans la découverte du thé !